Investir dans un immeuble de rapport en Belgique | La Bonne Pierre - Celle qui vous rapporte

Retour aux articles

Investir dans un immeuble de rapport en Belgique

Posté le 20/12/2019        Catégorie : Investissement

Investir dans un immeuble de rapport en Belgique  : ce qu'il faut savoir

Réputé pour afficher des prix immobiliers inférieurs à ceux de ses voisins, le marché immobilier belge séduit de plus en plus d'investisseurs étrangers.

Vous-mêmes êtes tentés d'investir dans un bien immobilier locatif en Belgique, comme dans un immeuble de rapport par exemple.

Toutefois, vous ne savez pas comment vous y prendre.

Détendez-vous. LA BONNE PIERRE vous donne quelques pistes pour réussir votre investissement locatif en Belgique.

Avantages fiscaux

Pays frontalier de la France, en terme d’investissement immobilier, la Belgique présente de nombreux avantages, notamment fiscaux.

C'est pourquoi de plus en plus de français viennent soit s'y installer, soit y réaliser des investissements immobiliers locatifs, bénéficiant ainsi de loyers aux rendements appréciables d'une part de l'ordre de 4 à 7%, de revenus fonciers non imposables et d’absence d'imposition sur les plus-values à partir de cinq ans d'autre part.

En effet, en Belgique, l'imposition des revenus locatifs n'est pas fondée sur les loyers perçus, mais sur le revenu cadastral, qui est le revenu net normal moyen que le bien immobilier rapporterait à son propriétaire en un an, compte tenu du marché de la location au moment de référence, à savoir au 1 ier janvier 1975 !

Ainsi, en Belgique, chaque année, le cadastre belge détermine un coefficient d'indexation et chaque bien immobilier se voit donc fixer un revenu cadastral immuable, à condition de ne pas entreprendre de lourds travaux.

Ce premier point fiscal vous encourage de plus en plus à investir dans un bien immobilier locatif en Belgique et vous avez jeté votre dévolu sur un immeuble de rapport, que vous envisagez de louer en nu.

Car petite parenthèse, sachez qu'en Belgique il est nettement pus intéressant d'investir dans un bien immobilier locatif en nu que meublé.

Donc, investir dans un bien immobilier locatif en Belgique est plutôt un bon choix, car comme les maisons unifamiliales, qui sont le plus souvent proposées en colocation pour des étudiants ou de jeunes actifs, ces biens sont très rentables.

Le point sur les taxes

Cependant, vous vous demandez ce qu'il vous en coûtera en terme de taxes.

LA BONNE PIERRE vous répond.

Concernant la taxation, comme les revenus fonciers sont imposés dans le pays où se situe le bien, pour les ressortissants français, seuls les revenus locatifs seront imposés en Belgique.

Une aubaine, quand on sait comment sont taxés les propriétaires d'immeuble de rapport en France.

Développons un peu cet aspect de la taxation de biens immobiliers locatifs en Belgique.

Pour faire simple, ce qu'il faut retenir, c'est que lorsqu'on investit dans un bien immobilier locatif en Belgique, il existe deux types de taxation : la taxation du revenu et ce qu'on appelle le « précompte immobilier », dont vous devez vous acquitter, au même titre que nous devons nous acquitter de la taxe foncière en France.

Le revenu cadastral servant de base à son calcul, il varie selon la région, la province et la commune.

Le revenu cadastral d'un immeuble de rapport non loué situé en Belgique que le contribuable n’habite pas est le revenu cadastral indexé.

Le revenu d'un immeuble de rapport et habité par le contribuable est également le revenu cadastral indexé.

Mais le revenu cadastral de l'immeuble que le contribuable occupe est exonéré.

Précisions importantes : si l'immeuble de rapport est donné en location à une eprsonne physique qui ne le réserve pas à sa profession, le revenu taxable est le revenu cadastral indexé majoré de 40%.

dans le cas où cet immeuble de rapport serait affecté par le locataire à sa profession, le montant total des loyers et des avantages locatifs sera taxé sans que la somme ne puisse être inférieure au revenu cadastral indexé majoré de 40%.

c'est donc le revenu net qui sera taxé.

En cas d'affectation mixte, il faudra bien ventiler les loyers dans le bail, sinon la totalité du loyer sera taxable.

Pour authentifier votre achat, comme en France, il vous faudra passer devant le notaire. Mais attention. Si dans l'Hexagone les frais de notaire s'élèvent généralement à 7,5% du prix d'achat du bien immobilier, en Belgique, ils sont plutôt aux alentours de 15%. une somme non négligeable à prendre en compte lors de votre crédit immobilier.

A ce propos, pour votre investissement immobilier locatif en Belgique, si vous souhaitez emprunter dans le pays, il vous faudra, comme en France, disposer d'un apport personnel (environ 10% du prix d'achat du bien immobilier convoité) et de bien ficeler votre dossier bancaire. Les établissements locaux n'en sauront que plus rassurés.

Les lieux où investir

Très motivés, il vous reste encore à choisir le lieu pour votre investissement immobilier locatif en Belgique.

Bien que le niveau de vie y soit élevé, le marché immobilier reste raisonnable, malgré quelques hausses ces dernières années.

Et comparée à d'autres capitales, Bruxelles affiche des prix relativement abordables.

Située au cœur de l'Europe, Bruxelles, qui accueille le siège de toutes les institutions de l'Union Européenne, dispose d'un charme architectural incontesté.

Mais elle n'est pas la seule à être intéressante en terme d’investissement immobilier locatif, et notamment en vue d'acquérir un immeuble de rapport en Belgique par exemple.

En effet, d'autres villes comme Gand, Anvers, Bruges, Ixelles ou encore Saint-Gilles sont aussi très recherchées.

Pour vous imprégner de l'ambiance belge et vous faire une petite idée du marché immobilier local, n'hésitez pas à vous rendre sur place et à lever les yeux, car, en Belgique, les logements en vente sont généralement accrochés aux fenêtres et indiqués par des panneaux le plus souvent de couleur orange.

Petite précision importante ; en Belgique, tous les documents contractuels doivent être rédigés en français et en néerlandais.

Si malgré tous ces conseils, vous craigniez encore de vous lancer seul dans l'acquisition d'un bien immobilier en Belgique, n'hésitez pas à vous tourner vers des professionnels comme le réseau de LA BONNE PIERRE CONSEIL, qui se développe fortement dans le plat pays et recrute actuellement des commerciaux spécialisés.

En plus de la législation française, ils sont également formés à celle de la Belgique et sauront vous accompagner tout au long de votre projet.

 

 


Les informations fournies sur le blog La Bonne Pierre ne sont pas contractuelles.

Besoin d'aide ?